Connaissez-vous le NAIRU ?

Ce qu’il faut savoir en 5 minutes…

Le Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment (NAIRU) est le taux de chômage minimum qui n’accélère pas l’inflation. C’est un concept très présent dans les travaux des économistes. Ses traductions françaises sont bien moins parlantes que sa version anglo-saxonne: taux de chômage d’équilibre (rare) ou taux de chômage structurel (plus courant, bien que rarement explicité).

Connaissez-vous le NAIRU-Non Accelerating Inflation Rate of UnemploymentLe concept est issu des travaux d’un économiste: en 1958, William Phillips montre qu’historiquement, on observe une relation inverse entre augmentations salariales et chômage. Quand l’emploi se fait rare, les salariés sont sous pression et modèrent leurs velléités. La menace du chômage rend plus docile… C’est ce que semble montrer la Courbe de Phillips

La découverte fait florès, les travaux se succèdent. En 1968, Milton Friedman, économiste monétariste (libéral), introduit le Taux de Chômage Naturel. Il y aurait dans la société un taux de chômage en dessous duquel les gouvernements ne devraient pas essayer de descendre, car alors, leurs efforts seraient vains et ne conduiraient qu’à relancer l’inflation. Trop peu de chômage serait mauvais pour la lutte contre l’inflation…

Le NAIRU est introduit en 1975 par Lucas Papademos et Franco Modigliani. Il vise à priori à nuancer la brutalité du ‘mur de Friedman’. A un niveau élevé, on pourrait lutter contre le chômage, mais en se rapprochant du NAIRU, les risques augmenteraient de voir l’inflation se relancer. Problème: où se situe le NAIRU? Les économistes sont bien incapables de le calculer avec précision! Pourtant, ils ne se privent pas de l’utiliser régulièrement…

Dans les années 60 et surtout 70, les profits des entreprises sont érodés par une inflation qui augmente et un rapport de force en leur défaveur (encore accru après les mouvements sociaux post 68). Les détenteurs de patrimoines et les prêteurs de capitaux sont pénalisés par une inflation à deux chiffres. L’offensive du courant économiste libéral (à partir de la fin des années 60) va arriver à point nommé pour renverser la vapeur.

Le NAIRU et le chômage qui l’accompagnent vont devenir une variable d’ajustement permettant de faire pression sur les conditions du marché du travail. Celui-ci redevient globalement défavorable aux salariés en même temps que le chômage augmente, en particulier au cours des années 80 et 90. En 20 ans, la part de la richesse nationale qui revient aux salariés recule en France de 10% par rapport à celle allant aux détenteurs de capitaux. Les conflits du travail (grèves principalement) diminuent de 86% en 20 ans. Le chômage et la précarité créent de la peur et modifient les termes de la négociation employeurs-salariés. Sur la même période, l’inflation officielle a chuté considérablement… pendant que le chômage augmentait non moins considérablement!

Le NAIRU est aujourd’hui extrêmement utilisé. Sur Google, tapez NAIRU et vous obtiendrez plus de 170 000 pages. Allez sur le site du Sénat, et vous y trouverez en effectuant une recherche plusieurs dizaines de documents utilisant ce concept. L’Organisme de Coopération et de Développement économique (OCDE) qui est une institution éminemment influente de par ses recommandations économiques, réalise de nombreuses estimations du NAIRU. Sur le site de la Banque Centrale Européenne (BCE), gardienne de l’Euro, pas moins de 200 documents avec ce terme vous seront servis. Normal car la BCE a pour UNIQUE OBJECTIF la lutte contre l’inflation (c’est défini dans ses statuts). Selon l’OCDE et et BCE, le taux de chômage qui stabilise l’inflation en Europe serait aujourd’hui de l’ordre de 10%… En 1997, les NAIRU estimés pour chaque pays pouvaient être considérables (jusque 19% de la population active en Espagne!)

ET POURTANT, EN AVEZ-VOUS DEJA ENTENDU PARLER?

L’essor au cours de la dernière décennie de la sphère financière a renforcé l’obsession de la lutte contre l’inflation. Les profits financiers sont allergiques à l’inflation, car celle-ci érode la valeur de l’argent… de ceux qui en détiennent beaucoup!

Ceci explique notamment que le NAIRU soit un concept aussi présent dans les travaux et les recommandations des économistes, surtout lorsque ceux-ci exercent des fonctions importantes au sein d’établissements financiers privés…

Le chômage est toujours présenté comme un ‘Fléau’, un ‘Cancer’, contre lequel tous jurent de mener combat. L’emploi est la priorité du gouvernement, cela fait des décennies que nous entendons cela. Mais un phénomène aussi durable et massif dans le temps ne peut exister sans un choix délibéré. L’explication selon laquelle le problème serait un manque de croissance est fallacieuse. Celle qui vise actuellement à stigmatiser les chômeurs en les rendant en quelque sorte responsable de leur sort est cynique… En laissant supposer que le chômeur est un fraudeur et un profiteur, on renverse la charge de la preuve et on fait diversion en dédouanant le système de toute responsabilité, et encore plus de toute intentionnalité.

La régulation de l’économie par l’inflation a été remplacée par une régulation par raréfaction de l’emploi. La croissance potentielle visée par la BCE inclut dès le départ l’hypothèse d’un taux de chômage supérieur au NAIRU. Le volant statistique de chômeurs correspondant au NAIRU est dès le départ exclu, il est considéré comme ‘non mobilisable’ puisque priorité va à la lutte contre l’inflation.

Le chômage un Fléau? Sans doute pour ceux qui le vivent ainsi que pour les salariés qui en ressentent la pression. Mais cette enquête sur le NAIRU montre que le chômage est avant tout un outil de pression sur le marché du travail. Un chômeur travaille pour ainsi dire, et à son insu, à tirer l’inflation vers le bas. L’utilisation opérationnelle du NAIRU lui attibue au moins ce rôle, sans le lui reconnaître officiellement bien sûr. Car le NAIRU n’est pas vraiment politiquement correct. Ce qui explique sans doute son absence du débat public qui contraste singulièrement avec son omniprésence dans les travaux des économistes.

Affirmer que le chômage est voulu et planifié est sans doute ‘hérétique’. Pourtant, les indices réunis ici constituent un faisceau de preuves très dense et cohérent. Par ailleurs, quand c’est un des créateurs du concept de NAIRU, prix Nobel d’économie, qui le déclare et le dénonce, c’est qu’il y a sans doute quelque vérité dans cette hérésie. Ceci implique certainement un changement radical de nos représentations et l’impératif de demander des comptes à nos dirigeants et représentants ainsi qu’à ceux qui les conseillent et orientent leurs politiques.

Article est issu du site Inflation, Monnaie, Finance

 

Lire également La hausse tendancielle du taux d’exploitation, surtout l’annexe 1 et 2.

 

Le raisonnement consiste à dire que le salaire réel (déjà on parle de salaire et pas de chômage) augmente plus vite que la productivité d’une entreprise. Pour survivre, cette entreprise est donc ‘obligée’ d’augmenter ses prix, jusqu’à retrouver un taux de marge suffisant. On se sert d’une équation qui supprime les prix pour corréler le niveau de salaire à la productivité. C’est l’équation la plus illustrative du taux d’exploitation croissant à productivité croissante tant dénoncé par les marxistes.

 

La fin de l’annexe 2 se termine par ‘Le Nairu représente aussi le « taux de chômage n’augmentant pas la part salariale », celui en dessous duquel la répartition des revenus risque d’être remise en cause par la progression des salaires. On pourrait tout aussi bien parler d’une théorie du « taux d’exploitation d’équilibre », d’autant plus élevé que le taux de chômage et les gains de productivité sont élevés, à condition que ces derniers ne se répercutent pas pleinement sur les salaires.’

 

Donc il existe un seuil de chômage en dessous duquel il ne faut pas passer sinon c’est l’inflation!!! Fort comme raccourcit non?

 

 

Ces deux articles sont issus du site ECOPHILOPAT, recueil d’articles bien structurés pour penser autrement.

2018-05-10T13:28:56+00:000 Commentaire

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.