A l’attention : des professionnels de santé, des citoyens souverains et des fonctionnaires, des musulmans et juifs de France et d’ailleurs, des militaires de haut rang et des élus locaux… Communiqué de presse – Politique de Vie – Christian Cotten – 11 septembre 2009 Ayant valeur de création artistique à visée humoristique. Diffusion libre de droit en format pdf.

Vaccins contre la grippe porcineNos politiques et hauts fonctionnaires de la santé, parfois malgré eux, sous la pression et le chantage des systèmes militaires de la planète embarqués dans la lutte contre le bioterrorisme, ont prévu pour fin septembre une magnifique organisation toute militaire pour une campagne de vaccination de masse contre la grippe saisonnière et la pandémie de grippe mexicano-porcine.

Le plan officiel de cette campagne, à cette adresse :
http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Circulaire_vaccination_090824.pdf
vaut vraiment lecture, si l’on veut comprendre comment la République est en train d’abdiquer devant les lobbies. Mais les beaux esprits des énarques de cabinet, les brillants prospectivistes du marketing des fabricants de vaccins ont juste oublié un détail. Le diable est toujours dans les détails : c’est ainsi qu’une armée perd une guerre.

L’armée française et les autorités sanitaires de notre
République vont se couvrir de ridicule d’ici la fin de cette
année : les campagnes de vaccination de masse n’auront
pas lieu comme prévu. Pour cette simple, unique et
splendide raison : les vaccins anti-grippe contiennent des
virus.

Des virus de porc !

Comment imaginer un seul instant qu’un juif ou un musulman digne de ce nom acceptera de se faire
injecter dans son sang et ses chairs un VIRUS DE PORC ? Et les végétariens ?

La question n’est plus désormais de savoir quel est le lien exact entre quelques virus de grippe et quelques porcs du Mexique : les « autorités sanitaires » ont choisi le terrain de la manipulation des opinions publiques via les médias de propagande, c’est sur ce même terrain des représentations
sociales que les « autorités » vont perdre leur bataille.

Rien ni personne ne pourra ôter de l’esprit des juifs et musulmans de France et d’ailleurs que le « vaccin » anti-grippe porcine que l’on veut leur injecter contient DU PORC ! Nous sommes tous des juifs musulmans !

Et ce, d’autant plus que démontrer le contraire sera scientifiquement impossible : le virus de la grippe du porc est, à un endroit ou à un autre, porteur de l’information « porc » : les données les plus récentes des applications médicales de la physique quantique sont parfaitement claires sur un tel sujet. Que les ignorants se forment et apprennent s’ils peinent à suivre. Pour mémoire, le Professeur Luc Montagnier lui-même a repris les travaux de Jacques Benvéniste pour les poursuivre… L’on pourrait ainsi
aller sans doute jusque-là : les virus des vaccins contre la grippe porcine sont les parfaits représentants de « l’impureté du porc »…

Résistance : comment dire Non et échapper à la Seringue Roselyne ?

Quelques idées pour tous ceux qui veulent agir et préserver leur intégrité en osant dire NON…

• écrire à Roselyne Bachelot le message suivant : « Roselyne, garde ta seringue ! » en ajoutant dans l’enveloppe une seringue achetée pour moins de 1 € en pharmacie ou sur Internet.
• Se procurer et diffuser autour de vous les bandes dessinées de Bickel. Voir : http://www.bickel.fr
• Se procurer et diffuser autour de vous et auprès des élus locaux, de tout fonctionnaire et des personnels de santé la brochure et les documents scientifiques de CRI-VIE rédigés par le Docteur Marc Vercoutère.
Voir : www.radio-morpheus.com et www.cri-vie.com.
T. Cri-Vie : 05 47 41 50 22 et 06 61 55 34 73
T. Morphéus – Frédéric Morin : 06 60 39 85 38
• Exiger des élus locaux, fonctionnaires et personnel de santé face à toute tentative de vaccination sous pression, une information claire et détaillée quant aux effets secondaires des vaccins et quant aux tests d’innocuité.
• Exiger des mêmes un engagement écrit personnel de responsabilité juridique civile et pénale relatif aux conséquences du vaccin sur la santé des personnes.
• Rappeler que le Code de Nuremberg interdit très clairement toute expérimentation médicale sur des êtres humains sans leur consentement libre et éclairé: http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_de_nuremberg
• Fabriquer et diffuser des badges et tee-shirts « Roselyne, garde ta seringue ! » et en offrir aux enfants et adolescents.
• Rappeler que les codes de déontologie des professionnels de santé leur interdit strictement d’utiliser un produit non testé susceptible d’entraîner de graves effets secondaires
incapacitants ou mortels et qui ne bénéficie à ce jour d’aucun consensus scientifique et médical.
• Diffuser ce texte le plus largement possible et apprendre à dire NON en toute sérénité.
• Continuer à serrer les mains, embrasser et toucher les autres avec Amour, même quand ils éternuent, c’est la meilleure protection contre la bêtise, la dictature et les virus.

Si l’on tente de résumer raisonnablement les données actuellement disponibles à tout esprit curieux et ouvert sur le monde, face au débat qui a envahi Internet depuis le printemps dernier sur ce dossier Grippe-Vaccin, nous pouvons établir plutôt clairement quelques faits et en déduire quelques lectures et questions.
Le rapport parlementaire de septembre 2007, par la voix du député et médecin Jean-Michel Dubernard, rappelle « qu’il n’existe pas de preuve scientifique de l’efficacité des vaccins »
(déclarations devant le Sénat, http://www.senat.fr/rap/r06-476/r06-476_mono.html). De fait, il n’existe aucune littérature scientifique conséquente qui démontre de quelque façon que ce soit l’efficacité des vaccins quels qu’ils soient.
Par contre, il existe une très abondante littérature scientifique d’études réalisées par des chercheurs intègres et indépendants des grands lobbies industriels, qui démontre de façon tout à fait rigoureuse, au travers, notamment, d’études historiques, que les grandes campagnes de vaccination de masse du passé ont ellesmêmes provoqué de multiples catastrophes sanitaires intervenues après les vaccins et non avant et ce, dans de multiples pays. Voir : www.politiquedevie.net/pdf/plusdemilleetudessurlesvaccins.pdf
à ce jour, des milliers de médecins au travers le monde luttent pour faire cesser ces scandales sanitaires à répétition, où les populations sont empoisonnées au motif d’être protégées de dangers de plus en plus imaginaires. Voir la brochure très documentée de l’association Cri-Vie : www.morpheus.fr et www.cri-vie.com. T. : 05 47 41 50 22 et 06 61 55 34 73.
Ainsi, Madame la Ministre Roselyne Bachelot a délibéremment menti dimanche soir 6 septembre 09 (émission C Politique, 17 h 40, France 5), alors qu’elle était interviewée par Nicolas Demorand, l’homme des matins de France-Inter. En effet, elle osait affirmer à plusieurs reprises « qu’il y avait consensus scientifique » sur la question des vaccins anti-grippe. Madame la Ministre sait parfaitement que c’est totalement faux. Le député Jean-Marie Le Guen confirmait nos propos : « Madame Bachelot, il n’y a pas de consensus scientifique sur cette décision, loin de là ».
Le discours ministériel est constitutif d’un mensonge
. C’est pas beau, Roselyne, pour une jeune femme bien élevée. Pour un ministre, un jour ou l’autre, c’est très délicat.
Il n’y a aucun consensus scientifique sur la question des vaccins et il n’y en aura d’ailleurs jamais, pour cette raison : il ne peut y avoir de science sérieuse et éthique en matière de vaccins, tout simplement parce que nous sommes dans le domaine de l’argent et des croyances illusoires en une hypothétique potion magique qui nous sauverait de la mort et de la maladie. Personne ne peut démontrer scientifiquement une croyance : il ne peut y avoir ainsi de consensus entre ceux qui croient ou font croire dans les vaccins – tout en y
gagnant des milliards -, et les scientifiques sérieux et intègres qui sont capables de dire la vérité : les « vaccins » sont inefficaces, inutiles et particulièrement dangereux pour la santé des populations et des personnes, et ce dans leur conception de base elle-même.

Les croyants naïfs qui vont se faire piéger par la propagande institutionnelle vont ainsi vivre cette magnifique expérience du multi-vacciné : si l’on en croit le projet gouvernemental, les personnels de santé et les fonctionnaires, prioritaires, devraient se vacciner les uns les autres dès fin septembre avant de tenter de vacciner les ¾ de la population en quelques semaines…

Tout le monde sait ou devrait savoir qu’une vaccination entraîne une baisse du système immunitaire d’au moins trois semaines. Qu’à cela ne tienne : après la première injection – dès
le 20 septembre ? – du vaccin contre la grippe saisonnière, alors que le système immunitaire est encore affaibli, trois semaines plus tard, seconde injection de vaccin : première piqûre du vaccin au virus de porc, « le » vaccin dont tout le monde parle et que 55% de français attendraient… D’où : au moins trois nouvelles semaines d’affaiblissement du système immunitaire. Ah oui, pas de souci : la seconde injection du vaccin au virus de porc arrive : trois nouvelles semaines de baisse du système immunitaire.

Ainsi, très simplement, les victimes de la vaccination à venir vont se retrouver à l’entrée de l’hiver avec des systèmes immunitaires parfaitement déprimés depuis au moins dix semaines. Sans parler des personnes déjà fragilisées. C’est parfait pour réussir à être malades avec… pas grand chose.
Les médecins qui savent lire les calendriers et compter ont tous très vite compris : nous allons avoir derrière la campagne de vaccination une vague massive de décompensations immunitaires… Voir le texte du Dr Vercoutère : www.politiquedevie.net/Medecines/Vercoutere542.htm
Ces maladies justifieront bien entendu a posteriori les vaccins : « vous voyez bien tous ces cas de malades, heureusement que nous avons fait la campagne de vaccination, sinon, cela aurait été bien pire ». Je crains que du mensonge certains ou certaines n’aillent jusqu’à la perversion la plus ignoble.

Second mensonge de Roselyne Bachelot, lors de la même émission (C Politique, dimanche 6 sept., 17 h 40, France 5) : « la France est un pays de liberté, si 25% des Français ne veulent pas être vaccinés, ils ne seront pas vaccinés ».
Comment les médecins et les professionnels de santé qui vont être réquisitionnés par les Préfets Militaires pour mettre en oeuvre cette campagne massive de vaccination – dans des centres spéciaux de vaccination : gymnases, salles publiques etc. – vont-ils négocier entre :
• les obligations de la réquisition,
• le souci de leur propre santé (la plupart d’entre eux savent bien que leurs confrères sur-vaccinés ne vivent pas bien vieux ni en bonne santé…)
• et les codes de déontologie des professions de santé, qui imposent de ne pas nuire et d’informer de façon claire, loyale et appropriée les patients sur les risques mineurs et majeurs des vaccins pour un libre consentement ?
La vérité est sans doute à prévoir de ce côté-là : la campagne de vaccination des « volontaires » sera obligatoire de fait pour les professionnels de santé, alors que nombre de ceux-ci savent très clairement que les vaccins sont dangereux, que les assureurs ne les couvriront pas sur cette affaire et que leurs codes de déontologie leur commandent d’informer les patients sur les effets secondaires des vaccins…
Il semble qu’il n’y aurait plus en France qu’un seul pharmacien qui ignore encore la composition des vaccins : une certaine Roselyne Bachelot, pharmacienne de son état. Il faut dire que la politique ne laisse guère le temps à la formation continue. Si cela avait été le cas, madame la Ministre se serait sans doute informée sur la longue liste des adjuvants des vaccins : tous sont des toxiques majeurs pour le corps humain (mercure, aluminium, formol, squalène – arme de guerre bactériologique – …). Elle le sait d’autant plus que l’état vient de commander des vaccins « sans adjuvant » pour les futurs vaccinés au système immunitaire déjà fragile… Terrible aveu…
Là est bien le problème d’ailleurs : les vaccins actuels et leurs adjuvants ne sont rien d’autres que des « soupes du diable » : un mélange de virus plus ou moins virulents et mutants, prêts à se recombiner avec n’importe quel autre virus pour faire pire, injecté dans nos chairs après avoir été cultivé sur des cellules de rein de singe ou de chien ou des oeufs de poule, avec quelques doses de métaux et autres poisons violents qui nous affaiblissent à petit feu…

Ministre menteur

« Experts » officiels membres des commissions ministérielles diverses et variées dont tout le monde sait qu’ils sont aussi dans la plupart des cas rémunérés par les industriels de la pharmacie.
Fabricants apprentis-sorciers et militaires sincères et naïfs.
Ministre ignorant des études scientifiques sérieuses, c’est à dire indépendantes des lobbies des producteurs.
Médecins et infirmières vaccinés malgré eux – ils savent pour la plupart – et obligés malgré eux de vacciner les autres.

Le pire est à venir : la guerre civile de la seringue…

Ou : une invasion massive des services hospitaliers psychiatriques par les personnels de santé euxmêmes, devenus fous face à des contradictions internes ingérables… Je connais quelques médecins et hauts fonctionnaires qui ont déjà tout compris et qui commencent à être vraiment très en colère.
Au minimum : une perte radicale et définitive de crédibilité des institutions sanitaires de ce pays.
Et un jour, la mise en cause judiciaire, devant le peuple des citoyens souverains de France, de tous les complices d’une vaste opération de vaccination-empoisonnement des populations manipulées par les grands médias…
Souvenez-vous, élus locaux, les règlements de compte après bataille sont parfois sévères ; le choix des politiques à ce jour, est simple : vendre naïvement ou cyniquement la campagne officielle militaire de vaccination-empoisonnement ou organiser la résistance à la dictature du bioterrorisme qui se cache derrière l’OMS et quelques
grands laboratoires militaro-pharmaco-chimiques. Rendez-vous dans quelque temps.
Ce sont les professionnels de santé et les élus qui en seront un jour ou l’autre comptables devant les citoyens. Déjà, associations et citoyens se mobilisent pour déposer quantité de recours judiciaires pour mettre un terme à cette folie collective. Combien de victimes chez les politiques aux prochaines régionales ?
Citoyens, observez bien qui sont les fanatiques de la vaccination et quels sont ceux qui tentent de défendre l’intégrité de nos corps et de nos libertés. Là sera la différence demain pour choisir les politiques locaux ou nationaux.
Ce sont les professionnels de santé et les fonctionnaires qui vont être les premières victimes des vaccinations : étrange pays, où les institutions organisent prioritairement l’empoisonnement vaccinal des fonctionnaires de l’état et des services publics médico-sociaux… Déjà, comme leurs collègues anglaises ou de Hong-Kong, un syndicat d’infirmières, elles qui ont été particulièrement touchées par les maladies auto-immunes conséquentes à la vaccination contre l’hépatite B, se lève contre cette machine de guerre mise en oeuvre « contre une grippette » selon le mot du député et médecin Bernard Debré il y a déjà quelques semaines. Je ne suis pas certain que les professionnels de santé français se mobilisent sur cette campagne : le Dr Marc Gentilini, professeur, membre de l’Académie de Médecine, ancien président de la Croix-Rouge, vient de déclarer : « Acheter, au coût d’un milliard d’euros, des vaccins dont on ne sait rien n’était pas une décision raisonnable ».

Secret Défense

Il n’a pas échappé au citoyen attentif et soucieux de s’informer qu’une bonne part du dossier « vaccination » – commandes de l’état aux laboratoires, distribution – est classé « Secret Défense », ce dont s’est ému dimanche le député et médecin J.Marie Le Guen devant Roselyne Bachelot.
Par ailleurs, selon le Règlement Sanitaire International (www.who.int/entity/ihr/9789241596664/fr/) l’OMS a « le droit » de se substituer sur sa seule décision à tout gouvernement de la planète pour gérer une crise sanitaire en lieu et place de nos propres gouvernants.
L’attitude de Madame Bachelot en dit très long sur le système d’influence dont elle est totalement prisonnière et qui la conduit aux mensonges et à l’exécution d’une « manoeuvre militaire » qui viole le Code de Nuremberg, le bon sens, les libertés publiques et l’intégrité physique de nos concitoyens. Pour mémoire, le code de Nuremberg interdit toute expérimentation médicale sur l’homme sans son consentement libre et éclairé. Voir :http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_de_nuremberg.
Or, à ce jour, les « vaccins au virus de porc » attendent toujours leurs Autorisations de Mise sur le Marché et aucune étude clinique sérieuse n’a pu être faite en quelques semaines : pourtant l’état Français a déjà passé commandes pour 94 millions de doses, plus un bonus de 30 millions, selon les dires de la Ministre elle-même… Qui va être obligé de se faire vacciner pour justifier les sommes énormes englouties dans ce projet délirant ? Les citoyens français, femmes et enfants : tous cobayes d’une expérimentation d’apprentis-sorciers qui va fabriquer des wagons de victimes d’effets secondaires.
Deux chiffres terribles : en 94, le pays compte 20 000 scléroses en plaque. En 2006 : 80 000. Entre temps : une campagne massive de vaccins contre l’hépatite B dont sont victimes 30 millions de français naïfs ou contraints, plus le brouillard intensifié des ondes électromagnétiques… Banco pour la sclérose en plaques ou encore les syndromes de Guillain-Barré post-vaccinaux qui en laissent tant en chaises roulantes à vie.

Militaires,

Certains d’entre vous ont compris. Nombre d’entre vous veulent sincèrement protéger la santé des français.
Vous êtes juste en train de vous faire arnaquer par des vendeurs de poisons sous emballage de « vaccins ».

Il s’agit d’une parfaite tromperie du consommateur quant aux qualités intrinsèques d’un produit bénéficiant d’une publicité tapageuse : les militaires français complices souvent involontaires de cette escroquerie à grande échelle qui met en cause la sécurité nationale feraient bien de réagir vite s’ils ne veulent pas être décrédibilisés et ridiculisés pour longtemps dans cette affaire.
L’on voit mal en effet comment l’armée française pourrait justifier de participer à un viol aussi évident tant du droit européen de la consommation que du Code de Nuremberg.
Refuser un ordre inhumain est un devoir.
Alors, MM. les Militaires, le jour où vous voudrez vraiment protéger le système immunitaire des français pour les aider à passer l’hiver, allez donc voir les médecins, naturopathes et autres praticiens des médecines féminines : ils vous donneront les recettes homéopathiques, les points d’acupuncture, les huiles essentielles ou les plantes et ressources de la nature qui protègent les systèmes immunitaires en

les renforçant et qui savent accompagner une grippe avec quelques produits sains et simples. Souvenez-vous, la « grippe espagnole » (40 millions de morts dans le monde au début du XXème siècle) : 7 fois plus de malades chez les vaccinés, 33% de décès dans les hôpitaux classiques et 1% dans les hôpitaux utilisant le jeûne et l’homéopathie…

Christian Cotten,
enquête de Frédéric Morin et du Dr Marc Vercoutère

Sélection bibliographique en français

Au coeur du vivant, J. Bousquet, éd. St-Michel, 92.
Crise aviaire H5N1 : la culture du mensonge,Dr Alain G. Rose-Rosette et Dr Marc Vercoutère, éd.F.X. de Guibert, 2007
Danse avec le diable, G. Schwab, éd. Courrier du Livre, 1964.
Déjà vacciné ? Comment s’en sortir ?, Dr A. Banois & Sylvie Simon, 2003.
Des enfants sains même sans médecin, Dr R.Mendelsohn, éd. Soleil 1987.
Des lobbies contre la santé, Roger Lenglet et Bernard Topuz, éd. Syros, 1998.
La catastrophe des vaccins obligatoires, Pr J. Tissot, éd. de l’Ouest, 1950.
La dictature médico-scientifique, Sylvie Simon, éd. Filipacchi, 1997.
La lumière médicale, les illusions de la prévention Dr Norbert Bensaïd, éd. Le Seuil, 1982.
La médecine retrouvée, Dr Elmiger, éd. Léa, 1996.
La poliomyélite, quel vaccin ? quel risque ?,Dr Jean Pilette, éd. de l’Aronde, 1997.
La rançon des vaccinations, Simone Delarue, éd. Lnplv, 1988.
La santé confisquée, Mirko et Monique Beljanski, éd. Compagnie, 2004.
Le malade déchainé, R. Bickel, auto édité, 1999.
Les dessous des vaccinations, Dr Scohy,éd. Cheminements, 2000.
L’intox, quelques vérités sur vos médicaments, Dr Bruno Donatini, éd. Mif, 1999.
L’intoxication vaccinale, F. Delarue, éd. Le Seuil, 1977.
Mon enfant et les vaccins, Dr F. Berthoud, éd. Soleil.
On peut tuer ton enfant, Dr P. Chavanon, éd. Médicis, 1938.
Pour en finir avec Pasteur, Dr éric Ancelet, éd. Marco Pietteur, 1999.
Tétanos, le mirage de la vaccination, F. Joët, éd. Alis.
Vaccination erreur médicale du siècle, Dr L. de Brouwer, éd. Louise Courteau, 1996
Vaccinations : le droit de choisir, Dr F. Choffat, éd. Jouvence, 2009.
Vaccinations : l’overdose, S
ylvie Simon, éd. Déjà, 1997.
Vaccinations : prévention ou agression ? M. Th. Quentin, éd. Vivez Soleil.
Vaccinations, les vérités indésirables, Pr Georget, préface du Pr Cornillot, doyen de la faculté de Bobigny. éd. Dangles, 2007.
Vaccins,on nous aurait menti ? Maître J.-P. Joseph, éd. Testez, 2008.
Nous te protègerons, Dr Jean Pilette, éd. Daxhelt, 2001.
La faillite du B.C.G., Dr Marcel Ferru, Pr hon. de clinique médicale infantile, éd. Princeps, 1997.
Vaccin Hépatite B : Les coulisses d’un scandale, Sylvie Simon et Dr Marc Vercoutère, éd. Marco Pietteur, 1997.

Politique de Vie, avec Radio-Morphéus et l’Association Cri-Vie – 11/09/09 – www.politiquedevie.netwww.morpheus.frwww.cri-vie.com